Category Archives: contestyles

Ally in New York

Ally in New York

Ally, c’est le genre de fille que j’aime. Un mix de côte est (où elle a grandi) et de côte ouest (où elle vit actuellement)… il émane d’elle ce mélange de charme décontracté californien et de détermination toute new-yorkaise.

J’ai d’abord rencontré Ally à l’occasion d’un pop-up pour sa marque de café récolté de manière responsable et torréfié en Californie, Canyon Coffee à L’estudio il y a quelques mois. Elle était sympa, belle et vêtue d’une robe Christy Dawn portée sans soutif. Comme je disais, mon type de fille.

Toutes ces petites touches contrastées me parlent : une femme en robe fleurie qui prépare un café qui dépote, le total look Jesse Kamm + tote en toile dans les rues de Nolita, une New-Yorkaise d’origine aux mèches dorées… de quoi nous rappeler que le style et la féminité se déclinent à l’infini.

Bien sûr, ce jour-là, j’ai acheté un paquet de café Canyon Coffee et je crois que j’ai aussi très envie d’un pantalon Kamm.

Chemise et pantalon, Jesse Kamm ; Tote, Canyon Coffee

______________

@allywalsh | @canyoncoffee

The Summer Jumpsuit

The Summer Jumpsuit

Le bleu de travail ou assimilé existe toujours : chez le garagiste, dans les Parcs Nationaux aux Etats-Unis, les prisons américaines… mais je digresse. Ce que je veux dire c’est que voir ce type de tenue dans les rues de Soho, surtout en plein été, c’est assez inhabituel.

Tout en rappelant subtilement l’origine de ce genre de tenue, Silja illustre à la perfection la façon de maîtriser ce look en ville. Alors oui, certes, une combi-pantalon est à des kilomètres des mini-shorts en jean et autres robes dos nu qui sont l’apanage des mois d’été, mais bon, deux petits arguments en sa faveur : 1. Ses qualités ventilatoires qui lui évitent de coller au corps 2. Sa capacité à dissimuler un bikini, que l’opportunité d’une baignade se présente que vous ayez juste envie de dézipper le haut de la combi pour vous rafraîchir.

Mais revenons à Silja qui nous rappelle gentiment qu’il y a plus d’une façon d’assurer niveau look l’été. On sophistique tout ça avec des bijoux en or délicats, des sandales un peu originales (à échanger contre des talons le soir) et des lunettes noires. Et on se la joue nonchalance totale avec un café à emporter et un petit sourire aux lèvres du genre : « Quoi, cette vieillerie ? »

Combipantalon, Frame Denim

The Lightness of Layering

The Lightness of Layering

Quand on aperçoit Coco dans les derniers rayons du soleil du Lower East Side, on a du mal à détourner le regard. Surtout dans cette superposition de vêtements immaculés… eh oui, ce qui ressemble à une robe portefeuille façon origami se compose en fait de trois pièces, associées avec génie dans une vraie maîtrise du layering.

Si j’en parle, c’est qu’on a souvent l’impression d’avoir une garde-robe un peu morne. Les pièces classiques, simples et intemporelles peuvent tout à coup sembler monotones et fades. Mais avec un peu d’imagination et de talent pour nouer et draper, on peut facilement se créer un look qui a plus de substance, presque tout droit sorti d’un mood-board Yohji Yamamoto. Finalement, avoir plusieurs pièces de la même nuance augmente vos chances de réussite !

Sur Coco (une Australienne stylée qui travaille avec Maryam Nassir Zadeh, qu’on adore !), ça se joue autour d’une robe débardeur évasée, d’un top cache-cœur à manches longues et d’une chemise blanche à manches oversize… portée déboutonnée et nouée autour de la taille. Et voilà !

Pas besoin de faire exactement la même chose, c’est tenter des associations qui est amusant ! Moi, par exemple, dans le même esprit, je porte souvent mes chemises comme des jupes. Les superpositions aériennes, c’est idéal l’été : au gré des températures on peut retirer ou remettre une couche…

Robe, Elizabeth & James ; Top, Elizabeth & James ; Sac, Maryam Nassir Zadeh

Beat the Heat

Beat the Heat

Chaque année au mois de mai, les New-Yorkais commencent à se plaindre du froid qui dure et se demandent quand le soleil et la chaleur seront enfin là… Et puis en un clin d’œil, le mois de juin est là, et les conversations ont viré au dégoût le plus total pour le temps chaud, moite et humide.

Je mentirais si je vous disais que je n’alimente pas ce chaud-froid (haha) … je me demande moi aussi comment vivre le mieux et le moins humidement possible entre juin et septembre. Comment fait-on pour survivre à la chaleur de plomb et rester aussi fraîche que Sarah dans son ensemble blanc ?

Peut-être son secret réside-t-il dans le fait qu’elle ne perd pas son énergie à se plaindre de la météo, mais plutôt à faire des choses positives : se glisser dans un cinéma (musée ou bar à cocktails) climatisé pour échapper à la moiteur ambiante. En tout cas, ça marche. Je l’ai revue le lendemain dans une robe immaculée tout aussi cosmopolite, et là encore, pas une goutte de sueur ne perlait à son front…

Au fait, ce n’est pas la première fois que je me penche sur le cas Sarah… C’est grâce à sa beauty minute que je me suis offert des produits Biologique Recherche. Et vous vous souvenez peut-être des B.O. Céline qu’elle avait glissées dans son look. Fabuleux.

Sac, Staud ; Chemise, Staud ; Pants, Staud ; Chaussures, Simon Miller ; Lunettes du soleil, Vintage ; B.O., Sophie Monet

A Walk in the Park

A Walk in the Park

Vous avez ce que j’aime particulièrement quand les journées se réchauffent un peu ? Enfin, à part tomber sur la robe estivale idéale pendant les soldes d’été… c’est la possibilité de trouver un endroit qui fasse office de ‘Central Perk’, même si des centaines de personnes y ont aussi élu domicile (insérer bruits de gens qui pestent à propos de ce que NY est devenu).

Depuis que j’ai trouvé ce type d’endroit, j’ai initié un rituel qui m’aide à lutter contre mes envies de sortir-de-la-ville-à-tout-prix. Tous les dimanches, je retrouve Brianna, en photo ci-dessus, dans une robe de saison propice à la verdure (le vert se marie particulièrement avec son abondante chevelure rousse) et deux amies anglaises, pleines de bonnes idées, dans notre café de quartier (quand notre emploi du temps et la météo s’y prêtent). Armée de notre boisson caféinée de prédilection, on se dirige vers cet adorable parc-jardin où on passe l’après-midi à s’imprégner du quotidien, à admirer l’assortiment de chiens (et étonnamment, de chats), tout en piquant des fou-rires.

Quelques heures plus tard, on se sépare, et parce que c’est une belle journée, je marche un peu, jusqu’à un autre petit endroit sympa dont NY a le secret. Et tandis que le soleil disparaît et que mon écran d’ordi diffuse une énième série Netflix, je me dis que j’ai passé une belle après-midi, découvert un endroit qui est un peu le mien (pour peu que je fasse l’impasse sur ces centaines de personnes).

En tout cas, j’espère que l’été vous permettra de découvrir votre propre jardin secret, pelouse, café du coin, et une jolie robe pour aller avec… quelle que soit votre ville d’adoption.

Robe, The Frankie Shop ; Sac, Gucci ; Lunettes, Coach

Season Opener

Season Opener

Memorial Day marque officiellement le début de l’été, ce qui veut aussi dire qu’on s’apprête à transpirer. Et même si j’adore l’été et que je ne veux pas faire la nana qui se plaint de la météo toute l’année, la chaleur à NY peut devenir… insupportable. Du coup les tenues aérées deviennent une priorité et même une nécessité.

Victoria a tout bon… à la fois chic et légère, en blanc post-Memorial Day. Petit plus, les jupes minimalistes qui ne font qu’effleurer le corps créent un courant d’air bienvenu, si vous voyez ce que je veux dire…

En tout cas, c’est exactement ce vers quoi on tend pour l’été. Alors on prend des notes pour les vagues de chaleur à venir…

Top, Atea Oceanie ; Jupe, Céline ; Lunettes, Céline ; Chaussures, Rosetta Getty ; Montre, Larson and Jennings

@ 2013 Contestyles