Category Archives: all white

The Lightness of Layering

The Lightness of Layering

Quand on aperçoit Coco dans les derniers rayons du soleil du Lower East Side, on a du mal à détourner le regard. Surtout dans cette superposition de vêtements immaculés… eh oui, ce qui ressemble à une robe portefeuille façon origami se compose en fait de trois pièces, associées avec génie dans une vraie maîtrise du layering.

Si j’en parle, c’est qu’on a souvent l’impression d’avoir une garde-robe un peu morne. Les pièces classiques, simples et intemporelles peuvent tout à coup sembler monotones et fades. Mais avec un peu d’imagination et de talent pour nouer et draper, on peut facilement se créer un look qui a plus de substance, presque tout droit sorti d’un mood-board Yohji Yamamoto. Finalement, avoir plusieurs pièces de la même nuance augmente vos chances de réussite !

Sur Coco (une Australienne stylée qui travaille avec Maryam Nassir Zadeh, qu’on adore !), ça se joue autour d’une robe débardeur évasée, d’un top cache-cœur à manches longues et d’une chemise blanche à manches oversize… portée déboutonnée et nouée autour de la taille. Et voilà !

Pas besoin de faire exactement la même chose, c’est tenter des associations qui est amusant ! Moi, par exemple, dans le même esprit, je porte souvent mes chemises comme des jupes. Les superpositions aériennes, c’est idéal l’été : au gré des températures on peut retirer ou remettre une couche…

Robe, Elizabeth & James ; Top, Elizabeth & James ; Sac, Maryam Nassir Zadeh

Beat the Heat

Beat the Heat

Chaque année au mois de mai, les New-Yorkais commencent à se plaindre du froid qui dure et se demandent quand le soleil et la chaleur seront enfin là… Et puis en un clin d’œil, le mois de juin est là, et les conversations ont viré au dégoût le plus total pour le temps chaud, moite et humide.

Je mentirais si je vous disais que je n’alimente pas ce chaud-froid (haha) … je me demande moi aussi comment vivre le mieux et le moins humidement possible entre juin et septembre. Comment fait-on pour survivre à la chaleur de plomb et rester aussi fraîche que Sarah dans son ensemble blanc ?

Peut-être son secret réside-t-il dans le fait qu’elle ne perd pas son énergie à se plaindre de la météo, mais plutôt à faire des choses positives : se glisser dans un cinéma (musée ou bar à cocktails) climatisé pour échapper à la moiteur ambiante. En tout cas, ça marche. Je l’ai revue le lendemain dans une robe immaculée tout aussi cosmopolite, et là encore, pas une goutte de sueur ne perlait à son front…

Au fait, ce n’est pas la première fois que je me penche sur le cas Sarah… C’est grâce à sa beauty minute que je me suis offert des produits Biologique Recherche. Et vous vous souvenez peut-être des B.O. Céline qu’elle avait glissées dans son look. Fabuleux.

Sac, Staud ; Chemise, Staud ; Pants, Staud ; Chaussures, Simon Miller ; Lunettes du soleil, Vintage ; B.O., Sophie Monet

All White

All White

Pas de blanc après la rentrée.


Vous aviez déjà entendu parler de cet adage? C’est un peu idiot, non ? Mais du coup, je me suis demandé d’où ça venait et pourquoi on avait soudain décrété qu’on ne porterait pas de couleurs pâles pendant les mois d’hiver (pour ceux qui sont dans l’hémisphère Nord).

En fait, tout vient d’une espèce de snoberie fashion un peu vieillote. Même carrément vieillotte, puisque ça date des années 1800. Certaines “initiées” ont décidé qu’elles avaient besoin de pouvoir distinguer les différentes “couches de la société”. Et que l’absence de blanc, entre autres, les y aiderait.

En mode, il y a quand même des règles étranges qu’il vaut parfois mieux transgresser.

Photo par Sandra Semburg.

@ 2013 Contestyles